• Espace MRE

Tanger: Des ''appels à la vertu'' qui passent mal...

Il y a quelques jours, les Tangérois ont eu la -désagréable- surprise de voir de nombreuses affiches à caractère moralisateur collées ça et là à travers les principales artères de la capitale du détroit. Lesdites affiches dont on ignore à l'heure actuelle si elles sont le fruit d'une initiative individuelle ou si elles émanent d'un groupe d'individus ont de quoi susciter moult interrogations tellement elles donnent l'impression de surgir d'un autre âge. Elles fustigent d'une part les ''tenues provocatrices et à la limite de la nudité'' des jeunes filles et d'autre part l'attitude ''honteuse et indigne'' des parents de celles-ci et qui se prêtent volontiers à une ''mascarade aux conséquences incontrôlées''.


Dans un Maroc en pleine mutation et qui a choisi résolument la carte de l'ouverture, laquelle passe par la lutte contre l'obscurantisme, ces affiches sont suffisamment troublantes pour justifier l'ouverture d'une enquête. Certains organismes de défense des libertés individuelles exigent que les autorités compétentes aillent le plus loin possible en déférant devant la justice le ou les auteurs de ces affiches qui rappellent étrangement les dérives de la Commission de la ''prévention du vice et de la promotion de la vertu'' de l'Arabie Saoudite. Un raccourci sans doute exagéré puisque le seuil de tolérance au Maroc par rapport aux libertés individuelles est à des années-lumière de la réalité saoudienne. En outre, certaines ''mises en garde'' placardées par le ou les auteurs de ces inepties inspirent davantage pitié et dérision que crainte. Ainsi, a-t-on exhorté ces ''jeunes filles dépravées'' à ne pas mettre la ''capacité de résistance des jeunes hommes à rude épreuve''.



Image: Tel Quel


Vous l'avez donc compris, ces ''incitateurs à la vertu'' dédouanent implicitement les jeunes hommes de toute responsabilité advenant un harcèlement ou, pire encore, une agression. Une façon de raisonner totalement rétrograde et en contradiction totale avec l'image que le Maroc d'aujourd'hui entend promouvoir. La justice doit donc sévir et le ou les individus ou se croient à l'ère de la Pasdaran iranienne des années 1980 doivent servir d'exemple et comprendre que la liberté de se vêtir ne doit faire l'objet d'aucun compromis et ne justifier sous aucun prétexte harcèlement ou agression. Globalement, ce sont les parents qui écopent davantage que leurs filles puisqu'ils sont accusés d'être ''dépourvus d'honneur et de pudeur'' en laissant sans vergogne leur progéniture féminine provoquer ''aussi délibérément la jeunesse''. Le Mollah Omar des Talibans aurait volontiers signé cette perle.


Il ne faudrait pas prêter à de pareilles fadaises plus d'intérêt qu'elles ne méritent et un ou deux hurluberlu ne peuvent inquiéter une opinion publique mature et désireuse d'aller de l'avant tout en veillant au maintien des traditions. Toutefois, et dans le souci de dissuader d'autres individus qui auraient l'outrecuidance de dicter une ligne de conduite aux marocains qui sont majeurs et vaccinés, la justice doit accomplir son œuvre. L'obscurantisme n'a aucune place dans la société marocaine d'aujourd'hui.

32 vues0 commentaire
Smart Phone

NOUS ÉCRIRE

Vos informations ont bien été envoyées !

Votre référence en journalisme marocain