• Espace MRE

Moyen-Orient: Les contours de la 'transaction du siècle'

50 milliards de dollars pour l'Autorité palestinienne, reconnaissance d'Israël par les pays arabes en contrepartie de la 'protection américaine', hostilité ouverte à l'égard de l'Iran, chèque en blanc aux compagnies américaines... tels sont les axes principaux du "plan de paix global" au Moyen-Orient proposé par l'administration Trump lors de l'Atelier de Manama et qui consacre une fois pour toutes une politique de fait accompli. Pour résumer ce qui s'est produit au Bahreïn, l'ancien Premier ministre français Dominique de Villepin a trouvé les mots justes: "50 milliards de dollars ne peuvent acheter ni la dignité d'un peuple ni ses aspirations à la liberté".


Sentant leur pouvoir vaciller face à l'ire de la population, l'Arabie Saoudite, l'Égypte, les Émirats arabes unis et le Bahreïn ont décidé de tout miser sur l'administration américaine, synonyme de maintien sous perfusion de leur régime. Pour se maintenir le plus longtemps possible au pouvoir, les Al Saoud, Al Nahyane, Al Khalifa, en plus du président égyptien Abdelfattah al Sissi ont fermé les yeux pour ne pas dire cautionné et appuyé les violations perpétrées par Israël en terre de Palestine à commencer par le transfert du siège de l'ambassade des États-Unis en Israël de Tel Aviv à Jérusalem, le feu vert total donné aux colons israéliens et autres humiliations infligées à la population palestinienne qui pâtit des effets d'une trahison historique des régimes cités.


Le début de la fin?


Dans le cas de l'Égypte, pays de 100 millions d'habitants et locomotive du monde arabe, le général Abdelfattah al Sissi a renoncé purement et simplement au leadership de son pays dans la région au profit de l'Arabie Saoudite, en contrepartie de quelques milliards de dollars injectés par Ryad et Abou Dhabi. Aujourd'hui, l'Égypte est une poudrière et une explosion sociale peut se produire en tout temps face aux difficultés éprouvées par la population à joindre les deux bouts et à la paupérisation palpable à l'œil nu.

Image: France 24


Pour tous ces régimes qui ont décidé de se placer sous tutelle américaine, le calcul est extrêmement périlleux car ils n'ont aucune garantie de voir une éventuelle administration démocrate maintenir la même politique advenant une défaite du président Trump dans un peu plus d'un an.


Au lieu "d'assurer la protection" de régimes honnis, l'administration américaine est en train de semer les germes d'une explosion sociale aussi bien en Égypte qu'en Arabie Saoudite, aux Émirats et au Bahreïn. Les leçons du Printemps arabe et du soulèvement populaire en Algérie et au Soudan sont là pour rappeler qu'une fois que la rue investit massivement les rues, le pouvoir commence à chanceler. Et à l'instant même où il commencer à multiplier les concessions à la tunisienne ou à l'algérienne, les manifestants campent sur leurs positions en ne se fixant plus qu'un seul objectif: Le départ imminent de ceux qui ont été à l'origine de leur malheur. C'est exactement ce qui risque de se produite une fois de plus...

73 vues
Smart Phone

NOUS ÉCRIRE

Votre référence en journalisme marocain

                                                                                          Tous droits réservés ©2018 de Espace-MRE.