• Espace MRE

Lancement de l’ICERI: Dialoguer, s’impliquer, s’intégrer…

Mis à jour : 24 juin 2019

L’Institut de recherches et d’études sur l’immigration et l’interculturalité ( ICERI ) a organisé vendredi 21 juin sa cérémonie de lancement au Centre culturel marocain Dar al Maghrib. Cette première s’est déroulée sous forme de panel auquel ont pris part des universitaires, sociologues et auteurs qui ont tous cerné les différents enjeux liés aux questions migratoires et l’interculturalité. Ainsi, après les propos de bienvenue prononcés par les membres de l’ICERI, institut présidé par la sociologue Fayrouz Fawzi, l’enseignant universitaire Ismaïl Harakat a pris la parole en dressant une rétrospective historique du flux migratoire marocain vers l’Europe et l’Amérique du Nord, évoquant avec force détails et en chiffres l’évolution de l’immigration marocaine au Canada depuis les années 1950 à aujourd’hui. M. Harakat a souligné à la fin de son intervention que l’engouement des maghrébins en général et des marocains en particulier pour le Québec laisse de plus en plus place à une immigration mieux répartie, au profit d’autres provinces à l’instar de l’Ontario.


Par la suite, l’auteur Kamal Benkirane, par ailleurs président de l’Association E-Passerelle a abordé le volet de l’interculturalité comme vecteur favorisant l’intégration et la compréhension mutuelle, prenant pour exemple l’association E-Passerelle dont les activités prônent une approche inclusive et aussi représentative que possible de la réalité canadienne et québécoise.


Image: Mohammed Sdiri


Pour sa part, l’enseignante et chercheur Mounia Aït Kabboura s’est attardée sur la question de la vulnérabilité du couple dans le contexte migratoire, soulignant jusqu’à quel point l’héritage et le défi d’intégration peuvent affecter la vie d’un couple dans une société d’accueil occidentale. Une situation vécue au quotidien par de nombreux couples et dont les conséquences peuvent être douloureuses.


Dans un autre registre, l’auteur algérien Salah Beddiari a évoqué la place qu’occupe l’héritage culturel et le parcours d’intégration dans les choix littéraires d’un auteur. Son propre roman, Adel, l’apprenti migrateur est une sorte de reflet du quotidien de nombreux néo-québécois et néo-canadiens.


Par la suite, Élie-Rodrique Bélogoun, président et chef de la direction à l’Institut Ludo pédagogique du Québec a abordé un aspect amplement débattu : Celui des inégalités sociales dans le contexte migratoire. Une situation souvent mal vécue et qui engendre remise en question et parfois même prostration.


À souligner que Najat Boughaba, vice-présidente de l'ICERI et Aziz Mesfioui, Chargé de communication dudit institut ont présenté à l'assistance ce Think Tank prometteur en mettant en relief les objectifs qu'il entend concrétiser. La vocation de celui-ci est en outre inclusive et ouverte à toutes les composantes de la société québécoise et canadienne

195 vues
Smart Phone

NOUS ÉCRIRE

Votre référence en journalisme marocain

                                                                                          Tous droits réservés ©2018 de Espace-MRE.