• Espace MRE

Covid-19: L'Afrique, face à elle-même?

Depuis l'apparition des premiers cas de Covid-19 en Afrique, on ne s'attardait que sur les quatre principaux foyers du continent, à savoir le Maroc, l'Égypte, l'Afrique du Sud et les l'Algérie. Ces pays devançaient en effet sensiblement les autres en termes de nombre de cas et jusqu'à la mi-avril encore, la situation était encore sous contrôle dans la majeure partie des pays subsahariens. Seulement voilà, la situation évolue à la vitesse V et le Nigéria, le Ghana et le Cameroun ont d'ores et déjà dépassé le cap des 2000 cas, laissant présager le pire. Il faut dire qu'aussi bien l'Organisation mondiale de la santé que plusieurs ONG avaient mis en garde contre le risque d'explosion du nombre de cas en Afrique.


La grande différence entre les pays d'Afrique du Nord, en plus de l'Afrique du Sud par rapport au reste du continent, c'est l'existence d'une infrastructure relativement décente et sans aucune comparaison avec la réalité subsaharienne. Non seulement les moyens y sont tout à fait dérisoires pour procéder à des dépistages massifs, mais en plus, la capacité litière au sein des hôpitaux est pour ainsi dire ridicule. À cela, on peut ajouter une infrastructure routière des plus mauvaises dans la plupart des cas, ce qui complique sensiblement l'opération de transport des cas urgents vers les principaux centres hospitaliers.


Prendre les bonnes dispositions, maintenant!


Dans un autre ordre, l'augmentation inquiétante du nombre de cas de coronavirus en Afrique rappelle une autre réalité: Ce virus n'est pas saisonnier contrairement à ce que plusieurs virologues ont laissé entendre au début. Si tel était le cas, la situation en Afrique serait mieux maîtrisée, surtout lorsqu'on sait que dans les pays du Sahel notamment, la température dépasse régulièrement les 40 degrés. Pour l'instant, et même s'il n'y a pas lieu de verser dans la paranoïa, on ne voit comment la plupart des pays africains pourraient s'en sortir par leurs propres moyens. Surtout lorsqu'on se trouve dans un contexte de pandémie mondiale où les grandes puissances songent d'abord à parer au plus urgent chez eux, avant de s'apitoyer sur la situation du voisin. Et à l'heure de la mondialisation et de la mobilité attisée par la pauvreté et la famine, le déplacement des populations peut faire craindre le pire que ce soit en période confinement ou de déconfinement.


Sous peu, la communauté internationale devra se pencher d'un peu plus près sur la réalité du Covid-19 en Afrique, surtout si la tendance se maintient et si les chiffres maintiennent leur progression. Un pays comme le Nigeria, avec ses 200 millions d'habitants et ses contrastes saisissants pourrait voir la situation devenir alarmante. Déjà que de nombreux pays subsahariens sont en proie à la sécheresse, au terrorisme et au manque chronique de toute forme de présence de l'État, une prise de conscience s'impose dès maintenant pour circonscrire la progression de la pandémie avant que la situation ne dérape jusqu'au point de non retour.

Image: Radio Canada

24 vues
Smart Phone

NOUS ÉCRIRE

Votre référence en journalisme marocain

                                                                                          Tous droits réservés ©2018 de Espace-MRE.